Alexandre CHATEAU-DUCOS
Publié le 16/02/2017

Alexandre CHATEAU-DUCOS

Accédez à sa fiche dans l'annuaire

Danger de la prolifération nucléaire

Session de mars 2017 - Question orale n°6 de de M. Alexandre CHATEAU-DUCOS, conseiller consulaire(Luxembourg) et conseiller AFE (Bénélux)

La France a ratifié de traité de Non-Prolifération (TNP) des armes atomiques. Depuis la signature en 1968, elle n’en respecte pas les termes essentiels contenus dans l’article 6 qui enjoint aux signataires leur élimination. Cette question cruciale pour l’avenir de l’humanité, les citoyens français, aussi bien ceux qui résident en métropole qu’évidemment tous les français dispersés à travers le monde, doivent se l’approprier. Au niveau des états, 6 pays ont déposé le 28 septembre 2016 un projet de loi pour interdire les armes nucléaires, ceci lors de l’Assemblée Générale de l’ONU. Nous sommes déjà confrontés à une éventuelle extinction, la 6e qu’ait connu la terre, du fait du réchauffement climatique. Ne rajoutons pas à cette menace planante celle de l’apocalypse nucléaire. Au-delà de l’arme atomique proprement dite, il en va de même des munitions contenant des particules radioactives permettant la précision du guidage et qui participent à la dissémination artificielle de radioéléments ou encore des recherches menées à but militaire d’armes d’infanterie contenant des charges radioactives.

Le référendum « d’initiative partagée » soutenu par un certain nombre de parlementaires toutes tendances confondues ainsi que par Paul Quilès, ancien ministre de la défense, serait l’occasion de montrer la volonté des Français d’éliminer cette violence latente et d’ouvrir la voie à la dénucléarisation générale qui affirmerait le droit des peuples à refuser l’irréparable catastrophe.

L’AFE a initié une prise de conscience de l’importance de notre seul bien le plus précieux, notre planète, via la création d’un prix du Développement Durable propre à l’Assemblée. L’arrêt des programmes et la destruction des armements nucléaires entre pleinement dans cet esprit de sauvegarde de notre habitation commune.

Pouvez-vous préciser à l’AFE quelle est la position du MAEDI pour protéger les Français où qu’ils se trouvent face au danger de la prolifération nucléaire ?