Gaëlle BARRÉ
Publié le 24/09/2020

Gaëlle BARRÉ

Accédez à sa fiche dans l'annuaire
Mehdi BENLAHCEN
Publié le 24/09/2020

Mehdi BENLAHCEN

Accédez à sa fiche dans l'annuaire
Yan CHANTREL
Publié le 24/09/2020

Yan CHANTREL

Accédez à sa fiche dans l'annuaire

Communautés French Tech

Question écrite de Mme Gaelle Barré, Conseillère des Français de l’étranger en Italie, membre de l’AFE ; M. Yan Chantrel, Conseiller des Français au Canada, membre de l’AFE et M.Mehdi Benlahcen, Conseiller des Français de l’étranger au Portugal, membre de l’AFE.

48 communautés French Tech sont implantées dans près de 100 villes à travers le monde basées sur un écosystème local, favorisant la mobilité des startups françaises à l’étranger. En l’absence de modèle-type de communauté French Tech hors de France, chaque communauté a ses propres projets en fonction des spécificités de l’écosystème local, et s’appuient sur des principes fondamentaux détaillés par la Charte d’Engagement de la marque de la French Tech. Les communautés à l’international peuvent compter sur le soutien des acteurs de l’Etat et de ses opérateurs dans leurs écosystèmes d’implantation, en particulier les Services économiques de la DG Trésor et les bureaux de Business France compétents pour la zone. Tenant compte de l’absence de modèle et de la souplesse avancée pour la création des communautés, existe-t-il un document retraçant les profils, les modalités de financement et les réalisations des communautés French Tech à l’étranger ? Au regard des cinq années écoulées depuis la création du Label, existe-t-il un audit autour de la mission French Tech à l’étranger afin d’évaluer son impact auprès des entrepreneurs français à l’étranger et de leur rayonnement ?

Les « communautés French Tech » à l’étranger constituent réseau international de la French Tech. Le réseau des 56 communautés, labellisées à la suite d’appels à projets menés en avril 2019 et avril 2020, rassemble au niveau local les fondateurs de startups, investisseurs et toutes les parties prenantes de l’écosystème d’innovation local, et a pour but de favoriser les échanges et rencontres entre les écosystèmes locaux et celui français, ainsi que de promouvoir une image positive, innovante et attractive de la France.
L’indépendance est inscrite parmi les neuf valeurs constituant le manifeste des communautés French Tech, et vise à permettre aux communautés de s’organiser en accord avec les défis et caractéristiques présentés par leur écosystème. Ainsi, la composition des « boards » des communautés est libre, sans intervention de la part de l’Etat ni de la Mission French Tech, les membres des communautés sont bénévoles et aucun des partenaires publics présents dans l’écosystème n’est membre de droit de la communauté.

Malgré cette souplesse laissée dans la constitution des communautés, celle-ci reste encadrée en amont au travers des critères fixés lors des appels à projet pour la labellisation, et leur respect conditionne l’obtention du label. Les communautés doivent adhérer à une Charte d’Engagement qui détermine les principes fondamentaux des communautés (communauté, inclusion, indépendance, intégrité, honnêteté, protection des données personnelles, professionnalisme, start-ups, unité), ainsi que les actions attendues des communautés (connaissance de l’écosystème local et lien avec celui-ci, animation de la communauté locale, accueil des talents et entreprises français, etc.).

Chaque communauté est libre de lancer ses propres projets et initiatives, dans le respect de ces valeurs, de l’engagement, de la marque de la French Tech, et en accord avec les deux priorités fixées par la Mission French Tech : promouvoir l’attractivité de l’écosystème français et organiser des événements destinés à animer la communauté locale et servir de relais de promotion de l’écosystème français.

Chaque communauté s’est ainsi mobilisée pour, par exemple, réaliser et diffuser une newsletter à propos de son écosystème, organiser des événements de networking récurrents et thématiques (French Tech Days, petits déjeuners de l’innovation avec un invité issu de l’écosystème local, etc.), organiser la présence française sur des salons locaux (CES Asia, AI Expo, etc.) ainsi qu’élaborer des guides pratiques concernant les spécificités de leurs écosystèmes à destination des entrepreneurs français souhaitant s’y implanter.

Deux principaux modes de financement s’offrent aux communautés. Elles peuvent d’abord faire appel, pour ce qui relève de leurs actions locales, à des soutiens privés récurrents ou ponctuels, dans le respect du Manifeste et de la Charte de la marque. Par ailleurs, chaque communauté French Tech peut candidater au financement de projets stratégiques et utiles à l’ensemble de la Communauté French Tech. Ce financement est octroyé au travers du Fonds French Tech Communauté (ou « Community Fund »), lancé en 2019 et abondé à hauteur de 2M EUR en 2019, et 3M EUR en 2020. Seules les communautés dotées d’une structure juridique sont éligibles à ce mécanisme.

Un audit du Community Fund 2019 et de l’impact des projets qu’il a servi à financer est en préparation pour la fin de l’année 2020.